Industries culturelles et créatives

Les pratiques culturelles, comme les produits culturels et médiatiques qu’ils génèrent, sont étudiés par plusieurs membres de l’Irméccen aussi bien du point de vue des logiques de réception et d’appropriation (fan studies) que des logiques de production, comme l’ont montré les travaux transversaux de l’équipe et les parcours individuels des chercheur.e.s dans des domaines aussi divers que la bande dessinée, les spectacles d’humour, la mode ou les musiques populaires. Que sont les cultures populaires ? Quelle est leur part d’autonomie vis-à-vis des logiques économiques de marché et leur spécificité ? Quel est encore leur effet en termes de performativité dans l’évolution hégémonique de l’offre culturelle et le rôle de l’ancrage local de l’innovation (industries créatives) ? Ces questions sont étudiées via plusieurs terrains spécifiques déjà connus des membres de l’Irméccen. Il en va ainsi de la musique heavy metal et de ses évènements, dont le spécialiste français est membre de l’unité, ou de la mode, objet de prédilection des recherches d’un autre membre de l’unité.

Responsables du projet ANR : Dominique Sagot-Duvauroux (Granem – Université d’Angers) et  Charles Ambrosino (Pacte – Université Grenoble-Alpes)
Responsable du partenariat ANR : Gérôme Guibert (Irméccen – U. Paris 3)

Conference Convenor : Gérôme Guibert (Irméccen – U. Paris 3)

Porteur.e.s du projet : Gérôme Guibert (Irméccen – U. Paris 3) et Catherine Rudent (Cerlis – U. Paris 3)

Porteurs du projet : Nick Rees-Roberts (Irméccen – U. Paris 3) et Fabrice Rochelandet (Ircav – U. Paris 3)