Séminaires des doctorant.e.s

Séminaire des doctorant.e.s de l’École doctorale Arts et Médias

Lors de chaque séance, deux doctorant.e.s de laboratoires différents présenteront leurs recherches en cours et bénéficieront de retours de la part des doctorant.e.s assistant au séminaire. L’idée est, pour les intervenant.e.s, de s’entraîner à présenter leurs recherches dans un cadre informel et bienveillant, et, pour les doctorant.e.s auditeur.trice.s, de s’entraîner à faire des retours constructifs sur des sujets divers.

Les séances se dérouleront en salle D12 au centre universitaire Censier de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Comité d’organisation : Camila Cesar, Marie-Noëlle Doutreix, Carmen Kautto (Contact : sdesdoctorantsparis3@gmail.com)

 

PROGRAMME 2017-2018

  • Jeudi 22 Février 2018, 17h30-19h30

Julian Enrique Páez Valdez
« Le rôle des médias en ligne dans la construction d’un imaginaire de paix ou de violence. Étude comparative entre le processus de paix en Colombie et les problèmes de terrorisme en France ».

Gabriella Merloni
« Structures et métamorphoses d’un héritage théâtral : les duos comiques dans les cinémas français et italiens de la seconde moitié du XXe siècle ».

  • Jeudi 28 Mars 2018, 17h30-19h30

Tommaso Zaccheo
« Roger Planchon et ses théâtres (1957 – 1987). L’oeuvre de Planchon entre « histoire des formes théâtrales et histoire institutionnelle des modes de production ».

Mathilde Rouxel
« Images dissidentes et dissidence dans l’image : figures du peuple en lutte dans les cinémas documentaires des femmes en Égypte, en Tunisie et au Liban (1967-2017) ».

  • Jeudi 12 Avril 2018, 17h30-19h30

Lily Mousavi
« La place de la femme dans le cinéma iranien (avant et après la révolution de 1979) ».

Fahimeh Mahabadi
« Eros et métamorphose dans les œuvres de trois créatrices surréalistes: Joyce Mansour,
Léonora Carrington et Claude Cahun ».

  • Jeudi 17 mai 2018, 17h30-19h30

Mario Adobati
« La Nébuleuse de la Série Noire post-communiste en Hongrie (1956-2012) ».

James Strowman
« La mémoire, l’histoire, l’oubli, chez Henri Dutilleux ».