Séminaire Genre, Médias et Communication – 19 octobre

Vendredi 19 octobre, de 16h à 18h, conférence de Julie Abbou (Université Sorbonne Nouvelle, CLESTHIA) avec une intervention intitulée « Pratiquer une politique de la grammaire : Média obliques, cultures politiques subversives, républicanisme linguistique, gender-washing et autres lieux d’achoppement politique du genre en langue » dans le cadre du séminaire Genre, Médias et Communication, organisé par l’équipe EPIN du laboratoire COSTECH (UTC) et le laboratoire IRMECCEN (Sorbonne Nouvelle).

Attention : les séances se dérouleront en salle Descartes à l’IMI, 62 boulevard Sébastopol, 75003 Paris (métro Réaumur Sébastopol ou Étienne Marcel).

Description :
Pratiquer une politique de la grammaire : Média obliques, cultures politiques subversives, républicanisme linguistique, gender-washing et autres lieux d’achoppement politique du genre en langue

La langue est régulièrement investie comme un lieu politique. Le « choix des mots » s’inscrit dans un processus conflictuel de construction de la réalité. Si cet enjeu lexical de dénomination est le plus souvent mobilisé dans les polémiques qui font de l’usage de la langue un argument politique, notamment concernant le genre (cf. « l’avortement est un droit » vs. « l’avortement est un crime »), il est un autre lieu de plus en plus mobilisé : celui de la grammaire. La grammaire du genre devient un lieu d’achoppement politique. Cela pourrait surprendre à première vue, car la grammaire, au cœur de l’empire du système de la langue, est perçue comme un objet fondamentalement pré-social, sorte d’état de nature de la langue. Mais le genre grammatical déborde de cette grammaire « en elle-même et pour elle-même » pour rejoindre l’espace de la polémique. Ce débordement se produit de deux manières : l’une, explicite, s’attache à discuter du genre grammatical comme marqueur à la fois d’une vision politique et d’une vision de la langue ; l’autre, plus implicite, consiste à utiliser des marquages grammaticaux particuliers pour dire le genre sans en parler, ce qui requiert des dispositifs médiatiques, auctoriaux et discursifs spécifiques. Dans ces deux cas, usages et discours grammaticaux sur le genre se mettent au service d’agendas politiques variés, qui révèlent la dimension socio-politique de la grammaire, mais surtout qui révèlent comment la place politique accordée au genre est étroitement liée à la place politique accordée à la langue.

Dernière séance Séminaire des doctorant.e.s ED267 – Jeudi 17 mai

La prochaine et dernière séance du Séminaire des doctorant.e.s de l’ED267 de l’année 2017-2018 aura lieu le jeudi 17 mai à partir de 17h30 en salle D12 au Centre Censier à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. À l’occasion, nous aurons le plaisir d’écouter deux doctorants :

  • Mario Adobati
    « La Nébuleuse de la Série Noire post-communiste en Hongrie (1956-2012) ».
  • James Strowman
    « La mémoire, l’histoire, l’oubli, chez Henri Dutilleux ».

Conférence Médias et Politique en Amérique Latine – 16 mai 2018

Dans un contexte de délabrement économique, politique et social en Argentine et au Brésil, alors que l’ex-président Lula est en prison, que les médias indépendants sont attaqués, que des journalistes argentins comme Victor Hugo Morales et Roberto Navarro sont menacés, Camila Moreira Cesar et Ivan Schiliaquer, membres de l’IRMECCEN, participeront à une conférence-débat le 16 mai 2018 à 17h30 à l’Institut des Hautes Études en Amérique Latine – IHEAL/Paris 3 (28, rue Saint-Guillaume, 75007, Paris – Salle C).

Ivan Schuliaquer : Médias et politique en Argentine (2003-2018). Politiques de communication et la communication politique des gouvernements du kirchnerisme et du macrisme en Argentine .

Camila Moreira Cesar : La médiatisation de la «Lava Jato» et la judiciarisation de la politique au Brésil. Les implications entre journalisme et justice dans la médiatisation de l’opération Lava Jato au Brésil.

Prochaine séance Séminaire des doctorant.e.s de l’ED267 | 25 avril 2018

La prochaine séance du séminaire des doctorant.e.s de l’école doctorale Arts et Médias aura lieu aujourd’hui, mercredi 25 avril, de 17h30 à 19h30 en salle Claude Simon à la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais.

À l’occasion, nous aurons le plaisir d’accueillir deux doctorantes de l’ED267, en études cinématographiques et en études théâtrales:

  • Lily Mousavi : « La place de la femme dans le cinéma iranien (avant et après la révolution de 1979) »
  • Fahimeh Mahabadi : « Eros et métamorphose dans les œuvres de trois créatrices surréalistes: Joyce Mansour, Léonora Carrington et Claude Cahun »

Prochaine séance Séminaire des doctorant.e.s de l’ED267

La prochaine séance du Séminaire des doctorant.e.s de l’ED 267 Arts et Médias aura lieu ce mercredi 28 mars de 17h30 à 19h30 en salle D31 au Centre Censier (13 rue Santeuil, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3). À l’occasion, nous accueillerons :

  • Tommaso Zaccheo : « Roger Planchon et ses théâtres (1957 – 1987). L’œuvre de Planchon entre « histoire des formes théâtrales et histoire institutionnelle des modes de production ».
  • Mathilde Rouxel : « Images dissidentes et dissidence dans l’image : figures du peuple en lutte dans les cinémas documentaires des femmes en Égypte, en Tunisie et au Liban (1967-2017) ».

Séminaire Genre, Médias et Communication – Vendredi 8 décembre – 16h-18h

Vendredi 8 décembre 2017, de 16h à 18h, conférence de Cégolène Frisque (MCF, Université de Rennes 1, CRAPE-Arènes) : « Rapports à la précarité et trajectoires genrées chez les journalistes en situation instable » dans le cadre du séminaire Genre, Médias et Communication organisé par l’équipe EPIN du laboratoire COSTECH (UTC) et le laboratoire IRMECCEN (Sorbonne Nouvelle).

*** Veuillez noter que les séances se dérouleront ce semestre à l’IMI, Salle De Vinci, 62 boulevard Sébastopol, 75003 Paris – métro Réaumur Sébastopol ou Étienne Marcel.

Description :
Rapports à la précarité et trajectoires genrées chez les journalistes en situation instable

Au delà de la pige traditionnelle, régulée et protégée, les formes d’emploi instables se sont multipliées dans le journalisme (contrat à durée déterminée, contrats aidés ou en alternance, stages, paiement en droits d’auteur ou en factures d’autoentrepreneur…), malgré leur faible visibilité publique due à l’usage courant des données de la commission de la carte de presse. Ces contrats et modes de rémunération flexibles renvoient à des formes de précarité croissantes, qualitativement et quantitativement, mais sont vécues subjectivement de manière différenciée selon les étapes du cycle de vie et le genre. Cela dessine ainsi des rapports diversifiés à la précarité, qui comportent une forte dimension genrée. Ils peuvent être appréhendés à travers l’analyse genrée des processus d’entrée dans le journalisme instable, de maintien et de sortie de la profession.

Séminaire Genre, Médias et Communication – Vendredi 10 novembre, 16h-18h

Vendredi 10 novembre 2017, de 16h à 18h, conférence de Cagla Aykac, chercheuse à l’université de Genève : « Genre et Islam dans l’espace public européen : analyse des masculinités et féminités de Tariq Ramadan et Ayaan Hirsi Ali » dans le cadre du séminaire Genre, Médias et Communication organisé par l’équipe EPIN du laboratoire COSTECH (UTC) et le laboratoire IRMECCEN (Sorbonne Nouvelle).

*** Veuillez noter que les séances se dérouleront ce semestre à l’IMI, Salle De Vinci, 62 boulevard Sébastopol, 75003 Paris – métro Réaumur Sébastopol ou Étienne Marcel.

Description :
Genre et Islam dans l’espace public européen : analyse des masculinités et féminités de Tariq Ramadan et Ayaan Hirsi Ali

Tariq Ramadan et Ayaan Hirsi Ali s’introduisent dans les débats publics au sujet  de la rencontre entre l’Islam et l’Europe dès la fin des années 1990.  Bien que leurs  perspectives au sujet des dynamiques sociales et politiques de l’époque soient opposées et souvent conflictuelles, leurs interventions publiques comportent de nombreuses similarités en ce qui concerne l’usage de l’image et des technologies de communication, des questions de genre et de sexualité ainsi que leur mise en scène de biographies personnelles. C’est en partant de l’affaire Rushdie, la première grande affaire publique de l’Islam en Europe diffusée de façon translocale dès 1989 que nous penserons la façon dont ces deux personnages publics activent et désactivent leur relation à l’islam pour se créer des espaces d’intervention en public en Europe.  Les controverses actuelles dont il et elle sont l’objet nous permettrons d’engager un processus réflexif  au sujet du développement des questions de masculinité et féminité en relation à l’islam en Europe dans les années 2000.